Quelques documents sur la SAP,

l'ancienne usine JAZ de Wintzenheim


Tout d'abord, quelques dates marquantes...


Le 30 décembre 1948, la Cie ELECTRO-MECANIQUE de Paris

crée à Colmar, 31 rue de la Houblonnière, la Société Alsacienne de Précision, plus connue sous son abréviation S.A.P.

1951 : la SAP est reprise par la société JAZ SA

1954 : la SAP s'implante à Wintzenheim, 1 route de Colmar, sur un terrain de 40.000 m².

1975 : JAZ SA opère une fusion-absoption de sa filiale la SAP.

1979 : Matra devient le principal actionnaire de JAZ SA

1981 : l'accord Matra-Tandy débouche sur la fabrication de micro-ordinateurs TRS-80 par la Soc. MTE - Matra-Tandy-Electronique

1982 : l'accord Matra-Seïko offre de nouveaux débouchés sur le marché nord-américain pour les produits d'horlogerie

1983 : création de la Soc. MMS - Matra-Micro-Systemes fabricant des terminaux Alcyane pour le PMU

1984 : création des Soc. SPW - Société de Production de Wintzenheim (horlogerie) et MD - Matra-Datasystème (informatique)

1985 : l'activité outillage-peinture est reprise par " Wintzenheim-Plastics ", filiale de Tecla de Delle

1991 : M. Louis Adolph rachète la SPW et réhabilite les 18.000 m² du site industriel qui devient une zone d'activités et de services

1997 : une pollution radioactive est détectée sur le site Jaz, due à l'emploi jusqu'au début des années 1960 de peinture au radium pour les affichages phosphorescents des montres et réveils. Ces traces de radioactivité ont été éliminées au cours du 1er semestre 1999.

(Source : CCI-Info Colmar)

On trouvera ci-dessous cinq documents sélectionnés parmi des dizaines d'autres pour leur intérêt, car ils résument à merveille l'étonnante renommée des mouvements Jaz, et la prospérité de l'usine de Wintzenheim, la SAP, qui dépassait les 1000 salariés dans les années 1973-75. Le premier document date de 1955, le deuxième de 1963, le troisième de 1976, le quatrième de 1982. Le cinquiéme document "JAZ, histoire d'une marque" a été édité en février 1999 pour le 80ème anniversaire de la marque.


(1955) La Société Alsacienne de Précision à Colmar


En 1949, la Société Alsacienne de Précision s'est établie à Colmar, dans un bâtiment appartenant aux usines Lauth : c'était la première fois que, dans cette région, on produisait de l'horlogerie.

L'usine de Colmar

En 1951, le groupe JAZ SA, qui a son usine principale à Puteaux, dans la banlieue parisienne, a pris une importante participation dans la Société Alsacienne de Précision. Pour faire face au développement constant de son activité, JAZ SA, plus récemment encore, a dû installer d'autres ateliers dans la banlieue de Colmar, à Wintzenheim, dans une autre usine appartenant à la société Lyon-Alsace.

Dans ces deux usines de Colmar et de Wintzenheim sont fabriqués des articles d'horlogerie qui, sous la marque JAZ, sont vendus dans le monde entier où ils se situent dans les catégories les plus soignées et les plus luxueuses, en compétition directe avec ce que l'industrie mondiale produit de meilleur.

C'est en Alsace notamment que JAZ fait fabriquer un petit mouvement de luxe qui, dès son apparition, a fait l'émerveillement du monde horloger. C'était la première fois qu'en France on produisait un mouvement de pendulette dont les caractéristiques peuvent se comparer à ceux des meilleures montres. De plus, ce réveil possède un dispositif entièrement nouveau de sonnerie limitable qui, unique au monde, est fort goûté des utilisateurs.

A Wintzenheim et à Colmar, le groupe JAZ dispose désormais d'un potentiel important en immeubles, en matériel de haute précision et en personnel spécialisé. Un nouveau centre horloger s'est ainsi créé qui occupe déjà une place non négligeable dans l'activité de la région de Colmar et qui semble destiné à un grand avenir.

(Notice parue dans "L'Alsace, son activité économique" Edition Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 1955)


(1963) La Société Alsacienne de Précision vous souhaite la bienvenue


La SAP, filiale alsacienne de JAZ, vous souhaite la bienvenue.

Vous venez d'entrer dans notre maison, il est essentiel que vous appreniez à la connaître.
Voici les renseignements qu'il nous a semblé utile de vous donner pour que vous vous sentiez en confiance dans votre nouveau milieu de travail.

Le Groupe JAZ

JAZ S.A. a été fondé en 1919 sous la dénomination de COMPAGNIE INDUSTRIELLE DE MECANIQUE HORLOGERE (C.I.M.H.) avec pour objet la fabrication de réveils et de pendules de qualité.
Elle employait alors 52 personnes. Elle fabriquait la première année 10.000 réveils et lançait la marque "JAZ".
En 1951 JAZ prenait la direction de la SOCIETE ALSACIENNE DE PRECISION (S.A.P.) pour en faire une usine modèle et la base de sa production.
Le groupe JAZ emploie actuellement 1.100 personnes et sa capacité de production annuelle est de plus de 1.400.000 réveils.
La qualité de notre production a assuré à notre groupe la première place sur le marché de l'horlogerie de gros volume.
Notre politique : contenter notre clientèle.

Horaire

L'horaire normal de travail est fixé comme suit pour le personnel ouvrier :
- tous les jours ouvrables, sauf le samedi, de 6h25 à 11h25 et de 13h30 à 17h30, ce qui correspond à 45 heures par semaine.
- En cas de travaux exceptionnels, l'horaire peut être prolongé, le soir jusqu'à 18h30 ou le samedi matin.
L'horaire exact est affiché dans l'usine.
Les heures de début et de fin de travail sont annoncées par un klaxon. Aucun préparatif de départ ne doit avoir lieu avant ce signal. C'est donc après celui-ci que les sorties doivent avoir lieu dans le calme et le bon ordre.

Autres paragraphes développés dans cette notice

- Pointage
- Vestiaires
- Bicyclettes
- Absence pendant les heures de travail
- Pause casse-croûte
- Suggestions
- Règlement intérieur
- Délégués du personnel
- Comité d'entreprise
- Réfectoire
- Assurance retraite
- Assurance décès
- Service médico-social
- Comment serez-vous payé ?
- Prime de rendement
- Prime d'ancienneté
- Prime d'assiduité
- Paiement des jours fériés
- Convention collective
- Participation aux frais de transport

Ces quelques conseils sont forcément incomplets. N'hésitez pas à demander à votre chef tous renseignements complémentaires. En outre, la Direction, les chefs de service sont à la disposition des membres du personnel qui désireraient leur parler directement.
Le tableau ci-dessous vous donne la liste des responsables des différents services.
Nous vous remercions pour votre confiance.

Voici les responsables des différents services de la maison

- Directeur : M. Marcel CARPANO
- Chef de Production : M. André VOIRIN
- Chef de la Vérification Générale : M. François BARD
- Chef du Montage et du Bureau Méthodes : M. Jacques FROT-COUTAZ
- Chef des Fabrications : M. Jean-Baptiste RENARD
- Secrétaire Général : M. Edouard GRUNENWALD

(Source : livret de 12 pages édité le 2ème trimestre 1963 - Imprimerie ALSATIA Colmar)

Le même livret, réactualisé en 1973, indiquait les noms des responsables suivant :

- Directeur : M. Marcel CARPANO

- Directeur-Adjoint : M. André VOIRIN

- Secrétaire Général : M. Édouard GRUNENWALD

- Chef du Personnel : M. Joseph WILLIG

- Chef de la vérification générale : M. François BARD

- Chef du Montage : M. Claude POULIGNY

- Chef des Fabrications : M. Roger FRANCHEL

 

(Source : collection Marguerite Trottmann)

 


(1976) La vie de nos entreprises : JAZ SA Wintzenheim, première société horlogère française,

jette tout son poids dans la bataille du réveil électronique.


Le 13 novembre 1975, JAZ SA opérait une fusion-absorption de sa filiale la Société Alsacienne de Précision, dont l'usine est située à Wintzenheim. L'imbrication des activités JAZ et de la SAP ne justifiait plus, en effet, dit un communiqué de la Direction générale du groupe, l'existence de deux sociétés distinctes : les produits horlogers étant conçus dans l'usine de Nanterre, fabriqués dans l'usine de Wintzenheim, et distribués par le siège social de Paris. En outre, le capital social de JAZ SA était porté de 9.309.560 F à 11.457.920 F par élévation du nominal de 65 à 80 F. L'usine de Wintzenheim devient ainsi le pivot de JAZ et M. Grunenwald, directeur administratif, est nommé, à la suite de cette décentralisation, directeur du contrôle budgétaire du groupe.

L'usine de Wintzenheim

Quel est le visage de cette entreprise qui appartient à l'environnement industriel colmarien, et dont l'oiseau-jaseur est le symbole de l'image de marque ? Les quelques notations qui suivent en donneront un aperçu partiel, au moment où, selon les promesses faites en novembre dernier par M. Félix Moch, président, d'importants investissements sont prévus en ce début de 1976 : plus de 10 millions de francs pour la conquête du premier rang dans le domaine du réveil électronique !

Toutes les quatre secondes, un réveil électronique sort de l'usine JAZ-Colmar, qui, avec ses 820 salariés, est la 14e entreprise du Haut-Rhin et la 23e de la Région Alsace. Implantée depuis 1954 à Wintzenheim, sur un terrain de 40.000 m², elle fabrique la quasi totalité des réveils et pendules électroniques et à quartz vendus par Jaz en France et dans le monde. Elle réalise également pour le département industriel, des travaux à façon de micro-mécanique et des machines automatiques complexes. La production électronique atteint 900 pièces à l'heure, soit une toutes les 4 secondes.

Un demi-siècle d'efforts obstinés

Que de chemin parcouru depuis 1919, date de la fondation de la Compagnie industrielle de mécanique horlogère, qui devint par après Jaz SA ! En 1930 elle s'impose sur le marché français. En 1950, elle vend près d'un million de pièces par an (la pièce étant un réveil ou une pendule). En 1954, Jaz crée la " Générale horlogère ", filiale qui assure la distribution des marques Japy, Jaz et Carat.

En 1957, elle sort son vingt-millionième réveil. En 1963 naît le JAZISTOR, premier réveil à transistor 100% électrique. En 1966 apparaît le mouvement " jour et date ". 1974 voit la société lancer la première montre électronique à lecture digitale commercialisée en Europe. En février 1975, enfin, Jaz lance une gamme de 17 montres électroniques et à quartz à aiguilles, et en septembre, ce sont 6 nouveaux modèles à lecture directe (cristaux liquides et diodes luminescentes).

La firme possède des filiales ou succursales en Belgique, Italie, Indes, Espagne, Brésil, Pays-Bas. Elle est présente dans 74 pays, compte les plus grandes sociétés mondiales parmi ses clients : ses exportations représentent près du tiers de son chiffre d'affaires.

En 1975 le groupe a commercialisé plus de 5 millions de modèles et de mécanismes d'horlogerie; il s'affirme comme la première société horlogère française. Son chiffre d'affaires est d'environ 150 millions de francs.

Wintzenheim, Nanterre, Villers-le-Lac

Le groupe Jaz possède trois unités de production :

- l'usine de Wintzenheim (40.000 m² de terrain, 20.000 m² couverts), qui fabrique l'horlogerie mécanique, électronique et à quartz,

- l'usine de Nanterre (5.000 m² de terrain, 3.000 m² couverts) fabriquant des produits industriels et abritant les départements recherche, industrie et après-vente,

- l'usine de Villers-le-Lac, Jura (5.000 m² de terrain, 3.000 m² couverts), où sont assemblées les montres.

En l'état actuel des choses Jaz se positionne comme :

- la première société horlogère française (40% du marché),

- le premier fabricant français d'horlogerie gros volume (51% du marché),

- l'une des premières sociétés sur le marché des montres de marque vendues par le circuit des horlogers-bijoutiers.

Pour la satisfaction de toutes les clientèles

L'horlogerie électrique et électronique à pile est passée de 44 à 83% au cours des cinq dernières années, tous ces modèles étant fabriqués dans l'usine principale de Colmar, quoique les réveils mécaniques Jaz se vendent encore très bien : plus d'un million d'unités chaque année en France.

Parmi les 150 modèles représentant environ 250 références, et figurant au catalogue, on dénombre 50 modèles mécaniques, 92 modèles électriques et électroniques, 8 modèles à quartz.

Quand aux montres, la gamme se compose de plus de 105 modèles manuels, 20 modèles automatiques, 50 modèles électroniques et à quartz : Jaz possède la collection la plus complète et la plus compétitive sur le marché français. Les ventes sont assurées par un réseau de 8.500 horlogers-bijoutiers répartis sur toute la France.

Des produits d'exportation

L'usine de Wintzenheim occupe un effectif de 820 personnes, dont 550 à la production et 270 dans les services administratifs et techniques. Les horaires sont " à la carte ". La main-d'œuvre féminine représente 60% des effectifs de production qui exige une grande habileté manuelle. L'encadrement est assuré, dans une forte proportion, par d'anciens élèves des écoles d'horlogerie de Cluses et de Besançon, et des lycées et collèges techniques régionaux.

Le service des expéditions aux clients France et Export est situé à Wihr-au-Val. Il regroupe 50 personnes qui effectuent en moyenne 12 à 15.000 expéditions par jour, tant en France qu'à l'étranger.

Au cours des 5 dernières années, les ventes à l'exportation sont passées de 10 millions à 46 millions de francs, grâce à des techniques de vente originales : accords commerciaux avec les USA et le Japon, accords de réciprocité avec l'Allemagne, création de filiales commerciales en Belgique, Italie, Indes, Espagne, Suisse, Brésil, Pays-Bas...

Et il n'est pas indifférent pour les Haut-Rhinois, de penser que des produits fabriqués par une entreprise implantée sur leur sol, par un personnel autochtone, porte bien loin dans le monde le renom de la qualité et de l'élégance françaises.

Nota :

M. Carpano, qui prend sa retraite, quittera fin mars prochain la direction de l'usine qu'il animait depuis 1952. Sa succession sera assurée par M. André Voirin, directeur-adjoint depuis 10 ans.

(Article paru dans " La Moyenne Alsace Economique", bulletin de la CCI de Colmar, 1-1976)


(1982) L'usine à la maison. JAZ : à l'heure de l'informatique les réveils ne font plus tic-tac


[...] L'entreprise de Wintzenheim produit 600.000 réveils et pendules par an, mais elle ne fabrique pas de montres : celles qu'on y trouve ont été confiées pour réparations à son service après-vente. L'horlogerie, cependant, ne représente qu'une activité sur les trois secteurs que comporte l'usine : l'atelier plastique qui s'y est ouvert il y a six ans, travaille notamment pour l'armement, réalisant des lentilles optiques pour missiles. Quant au secteur informatique, lancé au début de cette année, il produit à un millier d'exemplaires par an, l'ordinateur "Alcyane", destiné aux applications professionnelles.

Le dernier réveil mécanique est sorti de l'usine de Wintzenheim il y a dix ans. En 1981, la société Jaz a été absorbée par Matra. L'heure est à l'électronique.

CIMH, SAP, CARAT, MATRA

A l'origine, la société fondée en 1919 à Wintzenheim, portait le nom de "Compagnie industrielle de mécanique horlogère" (CIMH). Elle devait être reprise en 1948 par la "Société alsacienne de précision" (SAP), avant que celle-ci soit absorbée par la société Jaz de Paris. Jaz a également racheté, en 1952, l'usine suisse Carat, située rue de la Houblonnière à Colmar. En 1954, elle transférait toutes ses activités de production dans les murs de Wintzenheim. Sur un terrain de trois hectares, les bâtiments représentent 15.000 m² de surface couverte.

Les trois secteurs

Étant passée par un effectif de mille salariés en 1975, l'usine emploie actuellement 500 personnes : 300 dans l'horlogerie, 50 dans l'activité plastique, 150 pour l'informatique. "Nous avons procédé à des reconversions", explique Jean-Pierre Scholler, directeur du centre de Wintzenheim depuis juillet 1981. "Aujourd'hui, l'électronique tire de l'horlogerie, dont le marché baisse, suite à la concurrence de l'Extrême-Orient". Au titre des contrats de solidarité, une vingtaine d'anciens ont quitté la maison en octobre, autant partiront jusqu'en mars. Pour 500 salariés, Jaz compte près de 350 femmes. La masse salariale de l'établissement représente 45 millions de francs, charges comprises. Pour 1982, Jaz paiera 1,5 million de taxe professionnelle.

600.000 par an

Avec 600.000 réveils, pendules et pendulettes par an, qui portent la marque Jaz en haut de gamme, la marque Japy quand ils ont moins de style, la part de la société constitue plus de 20% du marché horloger français. L'ensemble des productions est maintenant doté de mouvements à quartz. M. Scholler "Nous avons sorti 80 nouveautés de réveils à l'occasion du salon de la bijouterie en septembre dernier. En 1983, nous nous consacrerons au renouvellement des pendules." Le service marketing du siège à Paris définit les grandes lignes de nouvelles collections, qui sont ensuite affinées en collaboration avec les dessinateurs de Wintzenheim. La durée de fabrication d'un modèle va de trois à dix ans, les séries qui ont le plus de succès montant jusqu'à deux millions d'exemplaires.

La route de l'Amérique

Les expéditions pour la France (à noter que Jaz, début novembre, a rapatrié à Wintzenheim les magasins d'expédition installés dans les bâtiments qu'il louait à Wihr-au-Val Nouvelle Auberge) sont adressées directement aux clients, pour l'essentiel horlogers-bijoutiers. L'usine organise à leur intention des stages de formation, qui réunissent une quinzaine de professionnels tous les mois.

Les ventes à l'exportation, soit 20% de la production, sont faites par l'intermédiaire du réseau commercial de Seiko, marque dont les mouvements équipent le matériel Jaz. Les exportations sont, pour l'instant, destinées uniquement aux Etats-Unis et au Canada, où plus de 100.000 réveils et pendules devraient être vendus cette année. L'ambition pour 1983 est d'étendre les ventes au reste du monde. "Le catamaran Jaz de Peyron, qui a fini second dans la route du Rhum, est un symbole de notre percée en Amérique" note avec satisfaction M. Scholler.

Changer la pile

Avec les montres fabriquées par les autres unités de la branche horlogère de Matra qui passent à Wintzenheim pour y subir des contrôles ou passer les tests de qualification, les expéditions représentent 1,5 million d'articles par an. Les ateliers de réparations après-vente sont situés au sous-sol de l'usine (où le restaurant d'entreprise assure deux services de 150 couverts par jour). Les magasins conservent les pièces détachées de tous les modèles réalisés depuis dix ans, du mécanique au mouvement à quartz. M. Scholler : "Bien que les horlogers réparent de moins en moins eux-mêmes, les retours pour réparation diminuent. Et dans les montres qu'on nous renvoie, il suffit souvent de changer la pile".

Des lentilles pour missiles

Le secteur plastique de l'usine travaille à la fois pour l'horlogerie et pour l'informatique. Pour la première, il réalise 600.000 écrins par an, dont un modèle fabriqué jusqu'au mois dernier en Allemagne, a été repris à Wintzenheim. Pour la seconde, il fournit notamment les consoles d'ordinateurs. Par ailleurs, l'atelier produit aussi des lentilles optiques de haute précision pour application militaire, dans les missiles. Au total, cinq millions de pièces sortent par an, moulées sur des presses de 18t à 450t. Le parc de machines allemandes est remplacé petit à petit par des machines françaises. L'atelier peinture est en cours de réaménagement. Ce secteur, contrairement aux deux autres dont les horaires vont de 7h30 à 16h30, fonctionne en deux équipes de huit heures.

L'ordinateur "Alcyane"

Depuis un an, l'usine Jaz loue une partie de ses locaux à la société Matra-Tandy-Electronique, à laquelle une soixantaine de personnes de son effectif ont été mutées, et qui produit un millier d'ordinateurs par mois. Cette société est cependant bien distincte de Jaz. Les ateliers informatiques de Jaz travaillent dans la gamme au-dessus de ce que fait Tandy : pour le compte de MBC, qui fait partie de la branche informatique de Matra, ils réalisent l'ordinateur "Alcyane", diffusé en France à l'usage des professionnels, notaires, pharmaciens, etc. Cet ordinateur est fabriqué à raison de mille exemplaires par an. L'activité informatique porte aussi sur l'élaboration des circuits imprimés pour ordinateurs. "Alcyane" est utilisé dans les bureaux mêmes de Wintzenheim pour la gestion et le travail administratif.

Le club des soixante

En sous-traitance pour la branche télécom de Matra, l'usine Jaz monte des ronfleurs téléphoniques, au rythme de quelques milliers par mois. La diversification pallie les temps creux de l'horlogerie. "1983 sera sans doute assez dure" prévoit M. Scholler "mais nous avons des espoirs de développement en 1984-85, surtout dans la partie informatique". Pour lancer ce secteur, Jaz fait venir des techniciens et électroniciens de Mulhouse et Longwy. M. Scholler : "Nous avons créé depuis, un club de micro-informatique qui, en-dehors des heures de travail, rassemble une soixantaine de personnes. Parmi elles, beaucoup n'avaient jamais vu d'ordinateur avant l'an dernier".

(Article de Pierre Maenner paru dans L'Alsace du 3 décembre 1982).


JAZ, histoire d'une marque


"Je veux un Jaz !" : pour des millions de Français et des générations d'horlogers, le réveil a longtemps été synonyme de Jaz. Des Classic des années 20 aux Jaz Tec des années 90 en passant par les Jazistor à quartz des années 70, Jaz a ainsi fourni à plusieurs générations leur compagnon des petits matins.

Pour la première fois, un album retrace en 56 pages et quelque 150 illustrations l'histoire de cette marque pionnière en matière de publicité et qui a su, depuis 80 ans, s'adapter aux progrès techniques comme aux goûts esthétiques de chaque époque.

Écrit par Karine Myotte à la demande de l'actuel propriétaire de la marque Jaz, la société EFA de Boulogne-Billancourt, et édité par Cliomédi@ en 1999, cet album ravira, au-delà des collectionneurs, ceux qui s'intéressent aux objets de notre quotidien et aux marques qui appartiennent à notre patrimoine. Une excellente idée-cadeau aussi pour toutes celles et tous ceux qui y ont travaillé. Prix au 06.10.2005 : 18,62 Euros TTC (port compris pour la France).

CLIOMEDIA, 20 rue Ste Croix de la Bretonnerie, 75004 PARIS, tél. 01 46 33 38 02 - E-mail : info@cliomedia.fr (directeur : Pierre Dottelonde)

Quelques mots sur la marque JAZ


La marque JAZ fut déposée au greffe du tribunal de la Seine le 25 juillet 1919. L'oiseau jaseur n'apparut qu'en 1941. Le logo fut publié le 19 mai dans le bulletin officiel de la propriété industrielle. Le dessin de l'emblème actuel fut déposé à l'INPI en 1967. S'il ne reniait pas son ancêtre, ayant toujours son bec ouvert et tourné vers le ciel, le nouvel oiseau était plus stylisé (huppe rassemblée, ailes moins découpées, plus de pattes). Cependant, la différence majeure entre les deux générations fut la queue haute, rendant l'allure du nouveau jaseur plus conquérante.

(Source : JAZ, histoire d'une marque)


1999 : l'oiseau-jaseur veille toujours
de part et d'autre de l'entrée
du " site Jaz " de Wintzenheim
(photos Guy Frank)

L'ordinateur ALICE

Copyright Guy Frank, 1999/2000

E-mail : contact@knarf.info


Retour Menu Site JAZ

Retour Menu KNARF