6 décembre : jour de la Saint-Nicolas

Dans les milieux catholiques, dans la nuit du 5 au 6 décembre, un jeune homme se déguisait en évêque et, accompagné du Père Fouettard (Hans Trapp) passait dans tout le village pour distribuer des sucreries aux enfants. Il faut voir dans ce "Hans Trapp" une survivance des mythologies germaniques où il est affirmé que Wotan passe une fois par an sur terre pour récompenser les familles méritantes et pour punir les autres familles. 

S'il pleut ce jour, les vignes risquent d'être attaquées par le gel dans les jours suivants (Wintzenheim). 

Source : Fêtes et Coutumes d'Alsace au fil de la vie, Freddy Sarg, Editions G4J, 2002

 

Illustrations : Images de pains d'épices (collection Guy Frank)

Carte postale N° 20 de Paul Kauffmann (1918) - Série de 24 cartes postales
"Usages et costumes d'Alsace" (collection Guy Frank)

L'arrivée de Saint-Nicolas et de Hans-Trapp

A la Saint-Nicolas, la nuit venue, la famille est rassemblée devant le poêle ronflant ; les petits attendent avec anxiété l'arrivée de leur grand patron. Ils sont aux écoutes ; la conversation des parents ne saurait les distraire. Ils s'avancent jusqu'à la porte, tendent l'oreille... La nuit est glaciale. Par un temps pareil, le saint aura-t-il le courage de sortir ? Tout à coup, des pas résonnent sur le sol glacé. Une clochette argentine, le braiment sonore d'un bourriquet, des coups discrets à l'huis. C'est lui, enfin ! Oui ce sont ses trois coups accoutumés et ses trois sonneries. La maman se dispose à ouvrir. Les enfants deviennent muets. Ils se blottissent dans le coin le plus reculé, serrés les uns contre les autres. La visite d'un saint c'est toujours une chose importante. 

La porte s'ouvre et la figure de Saint-Nicolas apparaît sur le seuil. Son compagnon le terrible Hans Trapp attache à l'anneau extérieur le licol de l'âne chargé de cadeaux. 

Tous se lèvent et s'inclinent. Saint-Nicolas majestueux et bienveillant appuie sa main gauche sur sa crosse. De la droite il bénit et demande de lui désigner les enfants sages pour leur remettre des friandises*. Saint-Nicolas demande également quels enfants n'ont pas été sages et il montre la porte et Hans Trapp qui apporte pour eux des verges trempées dans du vinaigre. 

S'ils ne promettent pas d'être meilleurs l'année qui vient, il va les jeter dans sa hotte. Il les enfermera dans sa caverne jusqu'à Noël, sans chandelle, sans feu, au pain sec et à l'eau claire. Ils coucheront sur des fagots. Ce terrible discours fait trembler ceux qui ont quelques peccadilles sur la conscience. Mais comme ils se repentent, comme ils sont résolus à se corriger, Saint-Nicolas lit dans le fond de leurs cœurs. Il leur pardonne et la distribution commence.   

* des pommes, des poires, des noix. Parfois aussi du pain d'épices et des mannalas (petites brioches en forme de bonhomme). 

Source : DNA du 5 décembre 1984


Saint-Nicolas

Quand il a frappé trois fois, on lui ouvre la porte. Il apparaît, vêtu d'une robe somptueuse, le visage disparaissant dans une ample barbe blanche (André Lichtenberger).

Saint-Nicolas a toujours dans ses poches pour les enfants qui lui sont obéissants, soit des dragées ou de bonnes brioches, douces au point de fondre sous les dents ("Vie du Grand Saint-Nicxolas" 1827).

Source : Dictionnaire des Citations pour l'Alsace, H.J. Troxler, Éditions du Bastberg, 1987

La chanson des écoliers

Saint-Nicolas, 

patron des écoliers

Apporte moi des bonbons

dans mon petit panier.

Je serai sage 

comme un petit mouton,

J'irai à l'école, 

apprendre mes leçons...

(collection Guy Frank)

Dans certaines localités, les enfants récitaient des rimes pour l'inviter à entrer :

Lieber Nikolaus komm in unser Haus, leer dein Säcklein aus Lieber Nikolaus
Cher Nicolas viens dans notre maison, et vide ton sac, cher Nicolas

Nicki, Nacki, Nucki, henter'm Ofa stack i, breng m'r Aepfel on Beera, so komm i wedder fera
Nicki, Nacki, Nucki, je suis caché derrière le poêle, apporte-moi des pommes et des poires, et je ressortirai de ma cachette

Sources :
- L'Almanach de l'Alsace, Bernard Vogler, Larousse 2001
- Soultzbach-les-Bains - Rendez-vous avec le merveilleux, Edy Herrmann, DNA du 27 octobre 2002

Saint Nicolas et le bon charcutier de Colmar en France, Carte de vœux Fincker Frères, dessinée par Hansi, imagier à Colmar, en 1938 (collection Y.B. Wintzenheim)

Saint Nicolas de Myre

Autrefois évêque de la ville de Myra, située en Asie Mineure (Turquie actuelle), Saint Nicolas (270-310) serait décédé apparemment un 6 décembre. Ce serait donc pour cette raison qu'on célèbre la Saint-Nicolas ce jour-là. Reconnu pour sa grande générosité, il devint, au Moyen Âge, le patron des petits enfants puis des écoliers.

La tradition rapporte que saint Nicolas de Myre s'est soucié du sort de trois jeunes filles de sa paroisse. Leur père, un noble appauvri, était sur le point de les vendre comme esclaves afin d'améliorer la situation familiale. Dans l'Antiquité, il n'était pas rare que la dot d'une jeune fille serve à subvenir aux besoins de ses parents et de la famille. Nicolas de Myre est considéré saint parce qu'il a su voir l'asservissement qui menaçait les trois jeunes filles. Il leur fit don de pièces d'or qui servirent de dot et leur permirent de retrouver la liberté. Le fardeau de la pauvreté ne les menaçant plus, chacune des jeunes filles put alors choisir son destin.

Urbeis - Hommage à Saint Nicolas

Saint Nicolas, patron des écoliers en particulier et des enfants en général, est aussi patron de la grande Russie et de la proche Lorraine. Il est donc normal de le retrouver souvent comme protecteur des paroisses proches de celle-ci. 

[...] Au cours de son homélie, l'abbé Lucien Wirth est revenu sur la légende de saint Nicolas en rappelant la vie de Nicolas, évêque de Myre en Lycie, région incluse dans la Turquie actuelle. Le bon évêque, proche des pauvres et des opprimés, s'est évertué à ressusciter dans son diocèse les trois vertus théologales qui sont la foi, l'amour et l'espérance. Ce sont ces trois vertus qui ont ensuite été symbolisées dans l'imagerie populaire par les trois enfants, imagerie d'où fut tirée la légende que l'on connaît.  

Le cantique à Nicolas, saint pontifie, défenseur de la foi a ponctué la cérémonie.

Source : DNA du samedi 14 décembre 2002


Cantique à Saint Nicolas

Saint Nicolas, vous qui avez sauvé Les trois enfants en leur rendant la vie
N'oubliez pas vos enfants en danger Nous avons peur de la mort et du péché
N'oubliez pas de nous sauver

Saint Nicolas, priez pour nous, Par votre glorieux martyre
Saint Nicolas, priez pour nous, saint Nicolas de Myre

Saint Nicolas, vous qui avez aimé Les pèlerins sur le chemin de la vie
Guidez nos pas vers la pure clarté La route est dure et nos cœurs fatigués
N'oubliez pas de nous aimer.

Saint Nicolas, vous qui avez donné, Au Seigneur le meilleur de votre vie
En bons soldats de la chrétienté Nous voulons vivre et mourir apaisés
Par grâce et bonne volonté

Abbé Pierre Kaelin
Maître de Chapelle de la Cathédrale de Fribourg (CH)

Carte de la Saint-Nicolas, Fribourg en Suisse 1954

Sous la mélodie, les initiales P.K. de l'abbé Pierre Kaelin, auteur du cantique à Saint-Nicolas


La légende de Saint-Nicolas

La Légende de Saint Nicolas veut que le saint ait ressuscité trois petits enfants qui étaient venus demander l'hospitalité à un boucher. 

Celui-ci les accueillit et profita de leur sommeil pour les découper en morceaux et les mettre au saloir.

Sept ans plus tard, Saint-Nicolas passant par là demande au boucher de lui servir ce petit salé vieux de sept ans.

Terrorisé le boucher prit la fuite et Saint-Nicolas fit revenir les enfants à la vie.

Refrain :
Ils étaient trois petits enfants
Qui s'en allaient glaner aux champs

Tant sont allés, tant sont venus
Que vers le soir se sont perdus.
S'en sont allés chez le boucher :
Boucher, voudrais-tu nous loger ?

Entrez, entrez, petits enfants, 
Y'a de la place assurément.

Ils n'étaient pas sitôt entrés
Que le boucher les a tués,
Les a coupés en p'tits morceaux
Mis au saloir comme pourceaux.

Saint-Nicolas au bout d'sept ans
Vint à passer dedans ce champ,
Alla frapper chez le boucher :
Boucher, voudrais-tu me loger ?

Entrez, entrez, Saint-Nicolas,
Y'a d' la place, il n'en manque pas.
Il n'était pas sitôt entré
Qu'il a demandé à souper.

Voulez-vous un morceau de jambon ?
Je n'en veux pas il n'est pas bon.
Voulez-vous un morceau de veau ?
Je n'en veux pas il n'est pas beau.

Du p'tit salé, je veux avoir
Qu'il y a sept ans qu'est dans l'saloir.
Quand le boucher entendit ça,
Hors de la porte il s'enfuya.

Boucher, boucher ne t'enfuis pas,
Repens-toi, Dieu te pardonn'ra.
Saint-Nicolas alla s'asseoir
Dessus le bord de ce saloir.

Petits enfants qui dormez là,
Je suis le grand Saint-Nicolas.
Et le Saint étendant trois doigts,
Les petits se levèrent tous les trois.

Le premier dit : "J'ai bien dormi."
Le second dit : "Et moi aussi."
Et le troisième répondit
"Je me croyais au Paradis."

En illustration : deux timbres français
de 1951 et 1993 (collection Guy Frank)

Dictons météorologiques

Tüet's uf Nikolai schneje, wurd vil Schnee im Winter keje
S'il neige à la Saint-Nicolas, beaucoup de neige en hiver tombera

Am Niklois Raje, se verfriera d'Rawa
Pluie à la Saint-Nicolas, le vignoble gèlera

Source : Proverbes et dictons d'Alsace, Raymond Matzen, Rivages 1987

Fliest nach Niklaus der Rebensaft, so bringt der Winter keine Kraft
De la sève après la Saint-Nicolas, un hiver sans force viendra

Regnet's an Sankt-Niklaus, wird der Winter streng un graus
De la pluie à la Saint-Nicolas, un hiver sévère et cruel viendra

Source : Proverbes d'Alsace, Elsässische Sprichwörter, recueillis et traduits par H.J. Troxler, Editions du Bastberg 1977

D'r Hans Trapp

Schoi, do, kummt dr' Hans Trapp
Ar het a scheni Zepfelkapp'
Un a Bart wiss wie a Schimmel
Ar kummt vum schena Starnehimmel
Un bringt da Kinder a Ruada
Wu net dien singe un bata.
Schoi ! Hans Trapp, mir sin so klein
Un brav, un folje d'heim
Müesch net kumme mit dim Stacka
Denn mir kenne singe un oi bata.

Source : St Nicolas und Hans Trapp bei den ganz kleinen von St-Jean
Le Nouveau Rhin Français du dimanche 7 décembre 1952


Collégiale Saint-Martin de Colmar : le portail sud dédié à Saint-Nicolas

Le Portail Saint-Nicolas, à deux tympans* superposés, roman et gothique, renferme les sculptures les plus remarquables de l'église. Encadré de piédroits*, couronné des voussures* de son arc en tiers-point, il représente dans la voussure extérieure "Maistres Humbret", architecte de l'édifice. Le registre* inférieur du tympan roman est l'illustration de la légende de Saint-Nicolas. A droite du saint évêque les trois jeunes filles qu'il sauva du déshonneur, à gauche les jeunes gens qu'il ressuscita. Au registre gothique supérieur domine le Jugement Dernier. 

Sources :
- Colmar et ses horizons, Pierre Schmitt, 1950
- Collégiale Saint-Martin de Colmar, Fabrique de la paroisse, SAEP 1999

* Piédroit : montant en colonne ou pilier sur lequel retombent les voussures d'une arcade
* Registre : bande décorative en peinture ou en sculpture
* Tympan : fronton cintré au-dessus du portail
* Voussure : chacun des arcs concentriques formant la courbure d'un portail

Photo Guy Frank, 8 décembre 2002

ADEIF Wintzenheim : un char de Saint-Nicolas en 1953...

Madame Yvonne Beyer se souvient :

Après la dernière guerre, l'ADEIF (Association des Evadés et des Incorporés de Force, les "Malgré-Nous") organisait, en décembre, des goûters avec remise de cadeaux aux enfants de ses membres et à ceux des incorporés de force tombés au cours de la seconde guerre mondiale. En 1953, l'ADEIF avait organisé un défilé avec un char de Saint-Nicolas qui a traversé tout le village jusqu'au Cercle Catholique. C'est mon mari, Paul Beyer qui était président à l'époque (1947 à 1959). Martin Grasser, Armand Fuchs et d'autres membres du comité ont grandement contribué à la réussite de cette manifestation ...

Mme Yvonne Beyer
(photo Guy Frank, 21 novembre 2002)

Wintzenheim : St-Nicolas sera porté en triomphe

Pour la distribution traditionnelle de friandises et de paquets aux enfants de ses membres par le St-Nicolas, le comité de l'ADEIF a conçu pour cette année une nouvelle manière de faire. Dimanche prochain, exactement le jour de St-Nicolas, vers 14h, un char richement orné et animé de St-Nicolas traversera les artères principales de notre localité. Le départ aura lieu dans la rue des Prés devant la maison du membre du comité Alfred Schaffar. Le cortège passera : rue de Logelbach, avenue Kiener, rue Clemenceau, rue Poincaré, rue Maréchal Joffre, rue Castelnau, place du Marché. C'est là que vers 15h aura lieu la distribution, présidée par St Nicolas en personne. 

Source : L'Alsace du vendredi 4 décembre 1953 

St-Nicolas à Wintzenheim

La section ADEIF de Wintzenheim a eu la très originale idée de distribuer des colis aux enfants de ses membres et à ceux des non-rentrés à l'occasion de la St-Nicolas. Un magnifique char sur lequel avait pris place St-Nicolas en personne, entouré de nombreux anges, parcourut les rues de la cité tandis que le Père Fouettard devait suivre à pied, attaché à une chaîne (car à Wintzenheim tous les enfants sont sages).
Arrivé sur la place du Marché, on procéda à la distribution des colis qui fit beaucoup d'heureux. Mais pour ne pas faire de jaloux, des friandises furent ensuite distribuées à tous les enfants présents...

Source : Bulletin ADEIF du 4ème trimestre 1953

Sur le tracteur : Alfred Schaffar,
Joseph Schaffar (conducteur)

En manteau : André Husson

De gauche à droite :
En haut : Christiane Beyer, Armand Fuchs (Saint-Nicolas), Brigitte Grasser
Sur la gauche : Hubert Wiegert
En bas : Nicole Husson, Nicole Wiegert
De gauche à droite :
Marguerite Grasser, Charlotte Dirringer, Lucien Brenner, Xavier Boehm (Hans Trapp), Marguerite Wagner, Joséphine Ingold, Bernard Wagner

... et du Père-Noël en 1954

Section de Wintzenheim

Désireuse d'apporter toujours une note originale dans ses manifestations, l'active section de Wintzenheim, après le succès obtenu l'année dernière avec son défilé de St-Nicolas, continue sur sa lancée.
C'est ainsi que cette année elle ouvrira sa fête de Noël du 19 décembre par un cortège de char à travers le village à partir de 13h30. L'entrée du Père Noël au Cercle catholique est prévue pour 15h.
Elle sera suivie par un programme de choix puisqu'à côté de productions de chants, grands et petits auront le plaisir d'applaudir l'inimitable clown musical Sasso qui a obtenu un triomphe en 1953 à Colmar. 

 Source : Bulletin ADEIF du 4ème trimestre 1954

Wintzenheim : Fête de Noël de l'ADEIF

La fête de Noël de l'ADEIF a débuté dimanche à 14h30 place de la Mairie par un cortège impressionnant. Sur un char tiré par des nains, trônait majestueusement dans un cadre approprié, le "Père Noël" entouré de quelques anges. Sa venue fut annoncée par les sonnettes de sa suite.
A l'hôpital, le président (Paul Beyer) et le vice-président (Ernest Schneider) de la section offrirent à chaque pensionnaire âgé (dix dames et douze messieurs) un paquet volumineux contenant des friandises. Les sœurs hospitalières reçurent également un petit paquet.
Le cortège remonta ensuite la rue Clemenceau, fort applaudi par la population, pour entrer dans la cour du Cercle catholique...

Source : L'Alsace du mercredi 22 décembre 1954


Le char tiré par des petits nains multicolores...


... devant la gendarmerie encore relativement isolée en 1954

 (photos Clément Gunther provenant de la collection de Madame Yvonne Beyer)


Recherche anciennes représentations de Saint-Nicolas (images de pains d'épices ou images pieuses),
ainsi que des photos, textes et anecdotes concernant la tradition de la Saint-Nicolas à Wintzenheim.

Copyright Guy Frank, Wintzenheim, 2002

E-mail
contact@knarf.info

Saint-Nicolas sur son âne.
Image des années 1950-60

Images de collections

 

Saint-Nicolas accompagné de Herne Pan, personnage païen mi bouc mi homme.
Cette image des années 1950-60 est d'origine autrichienne

13 décembre : le Christkindle

24 décembre : la nuit de Noël

25 décembre : le jour de Noël

Le Sapin de Noël

Conte : l'orange de Noël

Retour à
L'Almanach

Page d'accueil de
www.knarf.info